Site de l'entrepreneuriat

Ce site vous invite à découvrir le monde de l'entrepreneuriat, avec un focus sur la Belgique.

Derniers articles du blog

L'ascension de GFK Conseils, le cabinet de Romain Gérardin-Fresse

Dirigeants de sociétés et entrepreneurs

Les dirigeants de sociétés ne sont pas en tant que tels des salariés. Selon la forme de la société, ils ont la qualité soit de mandataires sociaux (présidents-directeurs généraux ou directeurs généraux de sociétés anonymes, gérants de SARL), soit de commerçants (gérants associés de sociétés en nom collectif) et se trouvent par conséquent exclus du champ d'application du droit du travail. Toutefois, les mandataires sociaux peuvent à certaines conditions cumuler un mandat social et un contrat de travail.

La fin de l'entreprise par la fin de vie du dirigeant : faire face à la réalité

S'il est un sujet tabou chez les personnes en affaires, c'est bien celui de la fin, c'est-à-dire ce moment de la vie où tout s'arrête les mains de l'entrepreneur desserrant le gouvernail. L'invalidité soudaine ou la mort, ça n'existe tout simplement pas pour ces gens. Et pourtant! Oui pourtant! Les histoires de réussites avortées et de catastrophes humano-financières causées par un malheureux infarctus, un accident cérébro-vasculaire ou tout bêtement une automobile hors contrôle, sont nombreuses.

Du jour au lendemain, une famille à l'aise se retrouve déchue parce que l'entreprise familiale a percuté la maladie ou un décès alors que rien n'avait été prévu pour faire face à une telle réalité. Le génie de l'entreprise paralyse ou s'éteint, les créanciers frappent à la porte, les associés, eux-mêmes coincés, bousculent la famille pour se tirer d'affaires; on ne sait plus où donner de la tête, c'est la tourmente!

De nouveaux facteurs de production

Sommités à l'INSEAD, W. Chan Kim et Renée Mauborgne expliquent que l’économie bascule de la production de biens matériels à celle de l’exploitation de la matière grise. Le management traditionnel axé sur la production de biens matériels était fondé sur le principe de justice redistributive de partage des résultats. L’entrée dans une économie fondée sur le savoir suppose de s’intéresser aussi à la manière dont les résultats sont atteints. Ce que l’on appelle justice procédurale. Celle-ci repose sur trois principes : l’implication des salariés dans le processus de décision l’explication de ces décisions et la clarté des objectifs à atteindre.

Au niveau de la concurrence entre les entreprises, ils appuient l’idée que créer un nouveau marché suppose un état d’esprit très différent.  Loin de rester fasciné par le centre de l’arène, il faut porter le regard vers la périphérie:  les industries de substitution, les groupements stratégiques, les groupes d’acheteurs, les offres de produits et de services complémentaires, les orientations fonctionnelles et émotionnelles, ainsi que sur le facteur temps.  Alors, les entrepreneurs auront une chance de découvrir un créneau inoccupé, permettant une réelle rupture.

 L'entreprise neuronale

« L’entreprise neuronale » est une théorie popularisée par Alan Fustec et Jacques Fradin et qui veut renouveler l'approche de l'entreprise, en la présentant comme un réseau biologique, comparable au cerveau, dont les neurones seraient les hommes. L'idée n'est pas nouvelle, puisqu'on la retrouve dans tous les travaux portant sur ce que l'on appelle aussi l'entreprise ou le groupe intelligent (smart community).

L'approche de A. Fustec et J. Fradin est différente. Ils évoquent bien les défis qu'apporte à l'entreprise son insertion dans la société de l'information, mais surtout, ils s'efforcent de caractériser les comportements des acteurs de l'entreprise (patrons, cadres, salariés, actionnaires, acheteurs, fournisseurs) en les classant dans deux grandes catégories : le mode limbique et le mode préfrontal. En reprenant divers travaux sur le conditionnement, tel que ceux de Laborit, ou sur les diverses formes d'intelligence (cf. Howard Gardner), nos deux auteurs proposent toute une typologie de comportements plus ou moins basiques susceptibles d'être rencontrés dans l'entreprise, et suggèrent les meilleures attitudes à avoir face à ces comportements. Ainsi des personnes imbriquées dans des conflits ou situations de stress pourront-elles mieux s'analyser et, peut-être, mieux réagir à leur entourage. Plus généralement, cette étude n’essaie pas de démontrer les véritables approches scientifiques susceptibles de renouveler la connaissance des organisations humaines à la lumière des travaux récents de la neurologie ou des automates.

Pour aller plus loin

Alan Fustec est conseil en stratégie d'entreprise. Il préside le directoire de Sys-com, groupe de conseil en organisation et systèmes d'informations.
Jacques Fradin est docteur en médecine, comportementaliste et cognitiviste. Il a fondé l'Institut de Médecine Expérimentale (IME) qui étudie les effets du travail sur la santé des individus.